Des radios de lutte à Internet

Publication de l’ouvrage collectif sous la direction de Françoise Blum « Des radios de lutte à Internet. Militantismes médiatiques et numériques » dans lequel nous signons avec Valérie un chapitre intitulé « Des chercheurs en informatique dans les années 1970, entre neutralité et militantisme, utopies et pragmatisme ».

Commander ici

Tables et présentation ici

Les musées, acteurs sur le Web dans la lettre de l’OCIM

Avec Noémie Couillard et Valérie Schafer, nous publions dans la lettre de l’OCIM n°142 un article intitulé « Les musées, acteurs sur le Web ».

Voir ici

Le résumé :

Comment l’institution muséale dans son ensemble et dans sa diversité a-t-elle négocié le virage numérique des années 1990-2000 et comment s’adapte-t-elle aujourd’hui aux nouveaux usages (réseaux sociaux, Web 2.0…) de ces outils numériques ? Les réponses apportées par les auteurs à ces interrogations montrent la diversité des situations et ne permettent pas de dégager un modèle bien défini par des musées qui, dans ce domaine, semblent encore assez marqués par l’expérimentation et le pragmatisme.

 

3615 ne répond plus à l’ISCC

Colloque

36 15 ne répond plus
La fin du Minitel
Vendredi 29 juin 2012, 9h30 à 17h30
Institut des sciences de la communication du CNRS
20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris
Entrée libre sur inscription à 3615@iscc.cnrs.fr
Le 30 juin 2012, en même temps que le réseau Transpac, s’arrêtera le trafic Minitel. Si ses usages ont été éclipsés par ceux de l’Internet dans la seconde moitié des années 1990, le Minitel a joué un rôle essentiel dans la diffusion sociale des technologies de l’information et de la communication en France. Sa conception technique (notamment le système Télétel), son approche économique (modèle du kiosque), son design et son graphisme, son interface homme/machine, ses messageries, ont construit une approche de « l’industrie de l’information et de la communication », qu’on interrogera de manière interdisciplinaire.
Ce colloque reviendra sur les évolutions, continuités, ruptures entraînées par la pénétration rapide et massive dans le grand public de ce système interactif. Il s’agira de penser son appropriation, ses enjeux et les usages de cette technologie par ses différents acteurs : acteurs des télécommunications, monde professionnel, éditeurs de services, grand public… Si la genèse du Minitel et les premiers usages sont bien connus, il est nécessaire de replacer cette technologie de linformation et de la communication dans le temps long de l’histoire des médias et de l’innovation, des sciences de l’information et de la communication, de l’histoire des entreprises, etc. 

http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1602

Programme 

9h > 9h30
Accueil 

9h30 > 9h45
Petite boite, grandes ambitions
Présentation de la journée par Valérie SCHAFER, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS

9h45 > 10h10
Le temps des convergences
Pascal GRISET, Professeur, Paris-Sorbonne, Irice, CRHI

10h15 > 12h45
Première session : Une technologie « à la française »
Présidence : Muriel LE ROUX, Chargée de recherche au CNRS, IHMC CNRS ENS

Indisciplinés et disciplinés dans les débuts de la télématique
Alain LELU, Professeur en STIC à l’université de Franche-Comté, Laboratoire de sémiotique linguistique didactique et informatique (LASELDI), en délégation à l’ISCC

Le facteur humain dans la télématique, une forme d’ « humanisme technologique »
Benjamin THIERRY, PRCE Paris-Sorbonne, IUFM de l’Académie de Paris ; Centre de recherche en histoire de l’innovation

11h00 > 11h15
Discussion

11h15 > 11h30
Pause café

11h30 > 12h30

Les controverses autour de la télématique en France et en Europe
Thierry VEDEL, Chargé de recherche au CNRS, CEVIPOF

Opportunités manquées
Andrew FEENBERG, Canada Research Chair in Philosophy of Technology, School of Communication, Simon Fraser University at Harbour Centre, Vancouver

Minitel, iMode et iPhone – trois écosystèmes en trois décennies
Marie CARPENTER, Enseignant chercheur à Télécom Ecole de Management, Evry

12h30 > 12h45
Discussion

12h45 > 14h30
Pause déjeuner

14h30 > 14h50
Le Minitel, des débats prémonitoires
Dominique WOLTON, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS

14h50 > 17h00
Deuxième session : La fabrique des usages
Présidence : Benoît LE BLANC, Maître de conférences HDR en Informatique à l’Institut polytechnique de Bordeaux (IPB), Directeur adjoint de l’École nationale supérieure de cognitique de Bordeaux (ENSC)

Les usages sociaux du Minitel
Josianne JOUËT, Professeur, Université Panthéon-Assas Paris II, laboratoire CARISM

Aventure d’une bibliothèque et son catalogue sur Minitel. Le cas de la Villette
Maria WITT, Expert spécialisé en normalisation bibliographique et documentaire

15h40 > 15h55
Pause café

15h55 > 16h40

« Minitel », un innovateur tranquille
Jacques PERRIAULT, Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Conseiller de l’Institut des sciences de la communication du CNRS

Du Minitel à Internet : ruptures et continuités
Hervé LE CROSNIER, Enseignant chercheur en informatique et sciences de l’information et de la communication à l’Université de Caen, en délégation à l’ISCC

16h40 > 17h00
Discussion

17h00 > 17h20
Conclusion par Patrice CARRÉ, Directeur du département Relations institutionnelles à la Direction des relations avec les collectivités locales France Télécom Orange, Président du Conseil Scientifique de Décider Ensemble

Conception scientifique
Valérie SCHAFER
valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Tél. : 01 58 52 17 43
Communication et Presse
Geneviève HATET-NAJAR
genevieve.hatetnajar@iscc.cnrs.fr
Tél. : 06 30 32 72 03

Le Minitel. L’enfance numérique de la France

A l’occasion de la disparition du Minitel, nous publions avec Valérie Le Minitel. L’enfance numérique de la France chez Nuvis.

L’ouvrage est disponible ici et dans toutes les bonnes librairies à partir du 4 juin.

Vous pouvez le commander en version ebook sur le site de l’éditeur.

Le Minitel, l’enfance numérique de la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Valérie SCHAFER et Benjamin G. THIERRY

Dans les années 1980, au moment de son apparition, le Minitel est voué à constituer un des principaux vecteurs de « l’information de la société ». Changement de perspectives dans les années 1980 : le Minitel est désormais responsable du retard français dans le développement d’Internet et symbolise la ringardise de la « France du monopole des télécommunications ». Née sous les auspices de la modernité triomphante, comment expliquer que la télématique finisse par symboliser les archaïsmes d’une société française à la traîne de la technologie ?
Le 30 juin 2012, le Minitel et le réseau Transpac qui le supportait disparaissent. Après trente ans d’une relatio n pa ssionnée avec les Français, il s’agit maintenant de construire une histoire qui dépasse la consécration, les anathèmes et la simple mise en valeur des ruptures entre télématique et Internet. C’est la place globale de la « little french box » dans l’histoire de la communication qu’il faut apprécier.
Ce livre a donc pour vocation d’inscrire ces réflexions dans la longue durée. En amont d’une part, en pensant la convergence dans les années 1960 entre informatique et télécommunications, le rattrapage téléphonique français, la politique et les stratégies de la puissante Administration des Télécommunications.  En aval ensuite, en montrant que les questions de gouvernance, les controverses sociotechniques, la fin supposée de la « civilisation du papier », la traçabilité ou encore l’anonymat ne naissent pas avec Internet.
Ce livre éclaire les problématiques qui ont traversé trente années d’existence du Minitel. Dispositif sociotechnique, expérimentations, modèles économiques, controverses et enjeux, acculturation des Français aux usages télématiques, passage du Minitel à Internet : cette histoire invite à réévaluer le rôle de cette petite boîte beige, qui constitue une exception française dans le paysage mondial des technologies de l’information et de la communication.

Jouer c’est communiquer

Sortie du numéro 62 de la revue Hermès. Numéro spécial jeux vidéo (Quand jouer, c’est communiquer), vous pourrez notamment y lire un encadré intitulé « Le temps des empires. Une partie à jouer pour les historiens », qui tente de mettre en lumière les problématiques principales de l’histoire des jeux vidéo.

Bonne lecture !

 

Présentation

Les jeux vidéo passent pour un sujet complexe, ésotérique et controversé. Complexe, parce que l’expression recouvre aujourd’hui une gamme proliférante de produits sophistiqués. Ésotérique puisque, sacrifiant à l’idéologie techniciste, le jargon y règne en maître. Et controversé, car le jeu vidéo serait infantilisant, capitaliste ou belliciste pour les uns, intelligent, créatif, voire sportif pour les autres. Sans nier cette polysémie ni négliger les recherches abondantes et toujours passionnées qu’elle a suscitées, la revue Hermès se propose d’aborder la question avec une idée simple : le jeu vidéo, au fond, serait un outil de communication.

Qu’il constitue une entreprise d’abrutissement social ou un processus d’apprentissage innovant, qu’il suscite l’alacrité d’esprit ou favorise la dépendance, qu’il atteste l’émergence d’un art nouveau ou réponde à une stratégie marketing bien comprise, le processus demeure le même. Le jeu vidéo incite son utilisateur à communiquer en mettant à sa disposition un média de plus en plus connecté, une technologie désormais en ligne et une grammaire essentiellement ludique. Que cette communication soit biaisée n’y change rien.

Voilà pourquoi la revue Hermès devait aborder les jeux vidéo. Notre monde est fasciné par la technique. Par leur inventivité, le jeu vidéo comme l’Internet – l’un et l’autre ayant partie liée – maintiennent cette fascination à ébullition. Comme ils constituent désormais l’industrie culturelle la plus florissante, avant même le cinéma, on se prend à croire que les jeux vidéo transforment la réalité à leur image. Notre monde, lit-on souvent, deviendrait ludique. N’est-ce pas prendre la partie pour le tout ? Et si, finalement, les jeux vidéo n’étaient qu’une nouvelle réponse technique à la question fondamentale : comment aborder l’Autre ?

Journée d’étude Histoire d’Internet / Internet dans l’histoire

Je suis convié à prendre la parole lors d’une journée d’étude organisée dans le sillage du numéro spécial du Temps des Médias intitulé « Histoire de l’Internet, Internet dans l’histoire ».

Le programme de la journée :

Journée d’étude « Histoire de l’Internet/Internet dans l’histoire (Le Temps des Médias) », INA, 21 mai 2012

LUNDI 21 MAI 2012

13.30- 18.30

Histoire de l’Internet/Internet dans l’histoire

A l’occasion de la sortie du numéro 18 du Temps des Médias, « Histoire de l’Internet, Internet dans l’histoire », coordonné par Jérôme Bourdon et Valérie Schafer, le lundi 21 mai 2012 se tiendra à l’INA (83 rue Patay, 75 013 PARIS), une journée d’étude permettant d’aborder la question des enjeux et sources de l’histoire de l’Internet.

13.30 Introduction de Christian Delporte (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et et directeur de la revue Le Temps des Médias)

13.40-14.00 Internet dans l’histoire/Histoire de l’Internet par Jérôme Bourdon (Université de Tel-Aviv et Centre de Sociologie de l’Innovation de l’Ecole des Mines de Paris)

14.10-15.15 Table ronde 1 : Approches croisées animée par Claire Blandin (Maître de conférences en histoire contemporaine, Secrétaire de rédaction du Temps des médias, UPEC (CRHEC) et Centre d’histoire de Sciences Po)

avec

Anne-Claude Ambroise-Rendu (Maître de conférences à l’université de Paris-X- Nanterre, co-rédactrice en chef du Temps des Médias avec Isabelle Veyrat-Masson)

Julie Denouël (Maître de conférences en sciences du langage, Praxiling, Université Montpellier 3 – CNRS)

Cécile Méadel (Professeur au Centre de Sociologie de l’Innovation de l’Ecole des Mines de Paris)

Benjamin Thierry (PRCE Paris Sorbonne, IUFM de Paris, Centre de Recherche en Histoire de l’Innovation)

15.20-15.35 Discussion

Pause

15.50-16.10 Présentation du Dépôt légal du Web et du DL Web INA par Claude Mussou (Responsable du service du Dépôt Légal du web dans la Direction des collections à l’Ina)

16.15-17.20 Table ronde 2 : Quelles archives pour l’histoire de l’Internet ?, animée par Valérie Schafer, chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS

avec

Alexandre Hocquet (Professeur des Universités, Université de Lorraine, Centre Alexandre Koyré)

Louise Merzeau (Maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Ignacio Siles (Doctorant, Northwestern University)

Jérôme Thièvre (Ingénieur R&D au service du Dépôt Légal du web dans la Direction des collections à l’Ina).

17.25-17.40 Discussion

17.40-18.10 Conférence de conclusion : “L’historien et Internet” par Philippe Rygiel (Maitre de conférences, Paris 1)

18.10 Discussion générale

Entrée libre (n’hésitez pas toutefois à nous faire part de votre venue par voie électronique) .

Pour tous renseignements : Jérôme Bourdon ou Valérie Schafer

Flux n°85-86

Sortie du numéro 85-86 de la revue Flux autour de l’Histoire de la modélisation des  réseaux techniques.

L’avant-propos ici.

Le sommaire :

Pascal Griset, Benjamin Thierry
Avant-propos
Gilles Debizet
L’évolution de la modélisation des déplacements urbains en France 1960 – 2005
Le poids de l’organisation institutionnelle des transports
Konstantinos Chatzis
La modélisation des déplacements urbains en France depuis les années 1980,
ou la domination progressive du champ par le secteur privé
Arnaud Passalacqua
Un mode et ses modèles : l’autobus parisien
Sébastien Gardon
Modéliser la ville ? La difficile modélisation de la gestion du stationnement
en France dans les années 1950 et 1960
Francesca Musiani, Valérie Schafer
Le modèle Internet en question (années 1970 – 2010)
Hors dossier
Lætitia Dablanc, Dina Andriankaja
Desserrement logistique en Île-de-France :
la fuite silencieuse en banlieue des terminaux de fret
RUBRIQUES
 

Portrait d’entreprise
Les Sociétés Immobilières d’Investissement Cotées (SIIC) ou French REITs :
Foncière Des Régions et Unibail-Rodamco
Cyril Boisnier
Entretien avec Henri Zuber (SNCF/SARDO),Sébastien Mariani (RFF), Stéphanie Fuchy (RFF)
Questions sur les archives ferroviaires
Agnès Sander, Arnaud Passalacqua
Le sens de l’événement
Faut-il découper les opérateurs historiques de télécommunications ?
Mythes, enjeux et perspectives
Fabrice Roubelat

Repères bibliographiques