Archive for the ‘Extimité’ Category

Soutenance de doctorat

Mercredi, décembre 11th, 2013

Le 10 décembre 2013, j’ai eu la joie de soutenir ma thèse de doctorat à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC).

Intitulée « Donner à voir, permettre d’agir. L’invention de l’interactivité graphique et du concept d’utilisateur en informatique et en télécommunications en France (1961-1990) », elle reconstitue l’histoire de l’interactivité en informatique et en télécommunications depuis les années 1960 en tentant de répondre à cette interrogation : comment expliquer la diffusion rapide des outils numériques et dans le même temps la progression exponentielle de leur complexité et de leur puissance de traitement ? Pour le dire autrement, comment complexité technique et simplicité d’usage progressent-elles de concert quand tout semble les opposer ?

A l’issue de la soutenance, le jury m’a décerné la mention très honorable avec les félicitations à l’unanimité ce qui, inutile de le mentionner, m’a fait très plaisir après ces années de dur labeur (pas trop désagréables néanmoins, je vous rassure).

Pour télécharger les trois tomes de la thèse :

Thèse Benjamin Thierry Tome 1
Thèse Benjamin Thierry Tome 2
Thèse Benjamin Thierry Tome 3

Bonne lecture !

Des radios de lutte à Internet

Jeudi, octobre 11th, 2012

Publication de l’ouvrage collectif sous la direction de Françoise Blum « Des radios de lutte à Internet. Militantismes médiatiques et numériques » dans lequel nous signons avec Valérie un chapitre intitulé « Des chercheurs en informatique dans les années 1970, entre neutralité et militantisme, utopies et pragmatisme ».

Commander ici

Tables et présentation ici

Le Minitel. L’enfance numérique de la France

Dimanche, juin 3rd, 2012

A l’occasion de la disparition du Minitel, nous publions avec Valérie Le Minitel. L’enfance numérique de la France chez Nuvis.

L’ouvrage est disponible ici et dans toutes les bonnes librairies à partir du 4 juin.

Vous pouvez le commander en version ebook sur le site de l’éditeur.

Le Minitel, l’enfance numérique de la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Valérie SCHAFER et Benjamin G. THIERRY

Dans les années 1980, au moment de son apparition, le Minitel est voué à constituer un des principaux vecteurs de « l’information de la société ». Changement de perspectives dans les années 1980 : le Minitel est désormais responsable du retard français dans le développement d’Internet et symbolise la ringardise de la « France du monopole des télécommunications ». Née sous les auspices de la modernité triomphante, comment expliquer que la télématique finisse par symboliser les archaïsmes d’une société française à la traîne de la technologie ?
Le 30 juin 2012, le Minitel et le réseau Transpac qui le supportait disparaissent. Après trente ans d’une relatio n pa ssionnée avec les Français, il s’agit maintenant de construire une histoire qui dépasse la consécration, les anathèmes et la simple mise en valeur des ruptures entre télématique et Internet. C’est la place globale de la « little french box » dans l’histoire de la communication qu’il faut apprécier.
Ce livre a donc pour vocation d’inscrire ces réflexions dans la longue durée. En amont d’une part, en pensant la convergence dans les années 1960 entre informatique et télécommunications, le rattrapage téléphonique français, la politique et les stratégies de la puissante Administration des Télécommunications.  En aval ensuite, en montrant que les questions de gouvernance, les controverses sociotechniques, la fin supposée de la « civilisation du papier », la traçabilité ou encore l’anonymat ne naissent pas avec Internet.
Ce livre éclaire les problématiques qui ont traversé trente années d’existence du Minitel. Dispositif sociotechnique, expérimentations, modèles économiques, controverses et enjeux, acculturation des Français aux usages télématiques, passage du Minitel à Internet : cette histoire invite à réévaluer le rôle de cette petite boîte beige, qui constitue une exception française dans le paysage mondial des technologies de l’information et de la communication.

Colloque international de Bordeaux 2009

Mercredi, septembre 2nd, 2009

Les 23 et 24 octobre prochains est organisé à la MSHA de Bordeaux un colloque international intitulée

Incertitude et gestion de l’irréversibilité dans les trajectoires d’innovation

J’ai soumis un projet d’intervention sur les interfaces de la télématique pour ne plus communiquer uniquement sur l’ergonomie de l’informatique. En voici la substance :

Prévoir, ancrer et susciter l’usage.

Les expériences françaises sur l’utilisation de la télématique (1980-1990)

Benjamin Thierry – Allocataire-Moniteur de l’Université Paris-Sorbonne ; Doctorant en histoire contemporaine. Il prépare une thèse d’histoire contemporaine sous la direction du professeur Pascal Griset qui porte sur l’histoire de l’écran interactif dans la seconde moitié du XXe siècle et l’émergence de la notion d’utilisateur en informatique et en télématique.

A l’heure d’Internet, évoquer le Minitel suscite parfois moqueries et réflexions goguenardes à l’endroit de cet objet que le monde entier nous enviait sans jamais nous l’acheter. La télématique n’en fut pas moins un laboratoire bouillonnant pour la compréhension, la promotion et le développement d’usages nouveaux qui sont aujourd’hui fort répandues : système d’interaction clavier-écran, dialogue homme-machine, navigation dans des systèmes arborescents.

L’introduction expérimentale de 2500 terminaux « Télétel » à Vélizy en 1980, le test in situ de l’annuaire électronique en Ile-et-Vilaine dès 1983 et les nombreuses études ponctuelles réalisées par des acteurs privés (Institut Michel Jousse, Idate, etc.) ont permis l’établissement et la modification de normes textuelles, graphiques et ergonomiques qui concoururent à endiguer l’incertitude inhérente aux réactions et aux usages de ce nouveau média qu’est la télématique.

La sélection, la catégorisation (âge, genre, niveau de compétence supposé ou constaté, etc.) et l’observation raisonnée d’un public-cible fut l’occasion pour les Télécoms d’accumuler une somme inédite de données comportementales, sociales et cognitives qui servirent à l’adaptation continue du médium minitel.

C’est ce rapport subtil entre concepteurs et utilisateurs que nous souhaitons interroger par cette intervention en soulignant l’importance de la composante humaine dans l’établissement d’un grand projet de recherche ; composante humaine dont la plasticité a tendance à s’atténuer à mesure de l’acquisition de routines et d’habitudes d’utilisation,  générant ainsi un puissant effet d’irréversibilité des pratiques.

 

Retraites électriques et gazières

Lundi, août 6th, 2007

Depuis plusieurs mois, je suis lancé dans un projet initié par la CNIEG (caisse nationale de retraite des industries électriques et gazières) et réalisé sous la direction de Jean-Pierre Williot et d’Alain Beltran : contribuer à une histoire des retraites électriques et gazières depuis le XIXe siècle.

Bien entendu, le sujet est assez éloigné de mes préoccupations habituelles. Néanmoins, le sujet est passionnant.